lundi 19 décembre 2011

La jungle des transports en commun




Je n'ai pas bloggé depuis 1 mois (pourtant, j'ai pas mal de sujets qui me trottent dans la tête)
! J'ai repris le travail mi novembre et il m' a fallu trouver mon rythme.

Avant d'être licenciée, je me rendais au bureau en voiture et je ne prenais les transports en commun que pour sortir entre amies le week-end. Le RER faisait partie de mes souvenirs d'étudiante.
Mais je me suis vite remise dans le bain !!!! Le stress pour avoir son train, les odeurs dégueu ....
Et surtout, les cons ! Ha oui parce qu'il y en a beaucoup, autant que sur les routes seulement dans ces cas là, je suis dans ma voiture et je peux vite passer à autre chose.

J'ai distingué plusieurs profils, peut-être que vous en avez déjà croisé :

*le mec qui pue : oui, il existe partout mais dans le train, c'est juste une horreur. En plus, je fais moins d'un mètre soixante alors pour peu qu'il soit grand et se tienne à la barre, je me retrouve sous son aisselle et je reste en apnée le plus longtemps possible. Du coup, je suis déjà crevée avant d'avoir commencé à bosser !

*la vieille bique aigrie : celle qui rechigne à pousser son sac (qu'elle a posé sur le siège à côté du sien, donc qui utilise deux sièges à elle toute seule) pour te laisser poser ton séant et qui te regarde de travers en soupirant de temps à autre.

*la folle / le fou : personnage qui te fixe bizarrement, au point que tu te demandes s'il veut : a/te piquer ton sac ou ton Iphone ; b/ te porter le mauvais oeil ; c/ te tuer.

*la fan de métal : adolescente toute mimi aux traits fins, qui semble toute discrète alors tu t'assoies à ses côtés. Tout à coup, elle branche son mp3 et te mets à fond son groupe préféré de métal. C'est la fin de la journée, tu es debout depuis près de 11h et tu as envie de devenir sourde mais tout va bien.

*la meuf qui raconte sa vie au téléphone ou en direct : tout le monde semble d'accord pour dire qu'on en a rien à battre que sa chef soit une conne ou que son mec soit trop sympa mais bon, personne n'ose rien dire.

*la nana avec son gros sac à main qui cherche toujours quelque chose : celle-là, c'est moi ... j'avoue, mon sac ressemble à une valise mais au moins j'ai tout dedans. Moi aussi j'écoute de la musique mais c'est souvent Coldplay et je mets le son tout doucement. Généralement, j'attends d'être sortie pour téléphoner ou alors je parle très discrètement et puis ... je sens bon alors, tu me pardonnes de te bousculer pour attraper mon bouquin - mon tel pour regarder les photos de ma fille - mes gants pour me préparer à la sortie ?

G.M

dimanche 27 novembre 2011

Les WC de la hype

Resto entre filles, on parle, on rit et je descends une carafe d'eau à moi toute seule. Bien évidemment, l'envie d'aller au toilettes ne me prend qu'une fois bien sortie du resto (genre impossible d'y retourner sans passer pour une folle). Qu'à cela ne tienne, le Printemps de l'homme est face à moi, je dois bien pouvoir m'y soulager.

On m'indique le 3ème étage, les portes de l'ascenseur s'ouvrent et ... 

-"Où sont les toilettes ????
- "Juste là, Mademoiselle ! (oh oui !! Mademoiselle !!)
- "Ha ???? Ha oui ????"

Je vous dresse le tableau : c'est un "Point WC" qui ressemble à un corner de marque. Mobilier en wengé, brosses à chiottes ultra design et papier toilette fluo, exposés derrière le comptoir comme des produits super tendance. Ha et j'allais oublier !!!! Une caisse !!! Oui, car pour pisser au Printemps de l'homme, il faut débourser 1,50€. Ca tombe mal, je n'ai jamais d'espèce / monnaie sur moi. Mais ce n'est pas grave, je peux payer par carte.
Complètement abasourdie, je ne cache pas ma surprise et à la "dame pipi" (je n'ai pas osé lui demander comment se nommait son poste ici) qui explose de rire et me confie être d'accord avec moi (je vous jure que j'avais vraiment, vraiment envie d'y aller car sinon, je me serais tirée vite fait). Elle me conduit vers les WC, et je lui demande alors si à ce prix là, j'ai le droit à un paquet de mouchoirs tendance.

Du coup, elle m'a offert un rouleau de papier (que j'ai choisi rose fluo) : vous ne rêvez pas, vous pouvez acheter du papier design et original au Printemps ... mais à 2€ le rouleau Renova, ça fait cher l'essuyage !!!!!!

Je n'ai pas pu résister à dégainer l'Iphone pour vous faire connaître cet endroit ultra hype pour se soulager la vessie :






Alors, si vous voulez vous la racontez à votre prochaine pause pipi, courrez-y !

G.M


vendredi 25 novembre 2011

Chaque vendredi ...

J'ai toujours adoré le vendredi : synonyme de week-end, de relâche ... et puis je suis née un vendredi, mon frère aussi.

Depuis près de 8 mois, chaque vendredi, je repense à ce (vendredi) 1er avril 2011 où je me suis réveillée en sursaut à l'aube. Ce matin où je pensais aller à la mater' pour un simple contrôle, malgré de fortes douleurs. Ce matin où la sage femme m'a dit "c'est pour aujourd'hui ma belle, votre poche est percée ! Vous restez ici !" ; ce matin où j'ai eu l'irrépressible besoin d'appeler ma maman pour lui dire que j'avais peur de ne pas y arriver.

Malgré la douleur (franchement supportable, avec du recul ... vive la péri !) et le stress, ce jour a été et restera le plus beau de ma vie.

Moi qui avait tellement peur de rencontrer ma fille, ce fut finalement comme une évidence : quand je l'ai tirée vers moi, quand nous nous sommes vues pour la première fois, c'est comme si je l'avais toujours connue.

Chaque vendredi, je ressens le besoin de regarder des photos du jour de sa naissance. Mon meilleur souvenir reste le moment où tout le monde est parti (20 personnes nous attendaient dans le hall !) et que nous nous sommes retrouvées face à face. Les genoux relevés, j'ai posé ma fille face à moi et nous nous sommes longuement regardées. A ce moment là, j'ai réalisé.

Chaque vendredi, je suis un peu nostalgique mais chaque jour qui passe, je m'épanouis. 

Merci ma fille.

G.M

jeudi 24 novembre 2011

Préavis de grève




Je ne sais pas si tu sais, mais je retravaille. Ma nounou (enfin, celle de Baby G) ne bosse pas le mercredi, alors je travaille de la maison le matin et l'après midi, je suis off.

Quand on a un enfant, une sortie "après midi" correspond à une sortie "début de soirée". Oui, le môme dort jusque 15h-15h30, se réveille, goûte, digère ; on descend la poussette ou on monte dans la voiture, bref il est déjà 17h00. J'ai eu le temps de m'y faire, depuis presque 8 mois.

Mais hier, surprise ! Ma fille et son pote D se sont passés le mot : j'avais prévu de bouger avec ma copine (la maman du pote de ma fille, tu me suis ??). Bon, une petite sortie tranquille (oublions la virée shopping) : marché de Noël avec le Père Noël ... seulement, les marmots ont décidé de dormir jusque presque 16H30.
Remarque, on a la chance d'avoir des enfants qui dorment. Mais bon, une fois le boulot fini, le ménage fait, le linge accroché et la maison rangée, c'est qui qui s'est fait ch*er ? Même les travaux du voisin n'ont pas réveillé ma fille !
Nous avons tout de même fini par sortir tous les quatre, d'ailleurs c'était très sympa !

Tout ça pour vous proposer une petite rébellion : quand les gosses n'auront plus l'âge de faire la sieste, ce sera notre tour de dire "non, je suis fatiguéééééééé, on sortira plus tard". Non mais !

G.M

mercredi 23 novembre 2011

Les gestes qui sauvent





Comme toutes les mamans, je flippe qu'il arrive quelque chose à mon enfant. Mais ce qui m'angoisse encore plus, c'est d'être impuissante s'il lui arrivait quelque chose.
Maintenant qu'elle mange "comme les grands" et qu'elle se balade partout en rampant (le quatre-pattes n'est pas loin !!!!), je surveille bien qu'il n'y ait pas de morceau de nourriture mal mixé ou un vilain objet qui traine, pouvant être avalé et faire fausse route.
Malgré toute ma vigilance, je garde à l'esprit qu'un accident est vite arrivé et que ça n'arrive pas "que" chez les autres. Alors, j'ai cherché sur le net les gestes à faire en cas d'étouffement, et je me dis que ça peut servir à tout le monde : autant les partager ! 

Attention : Les éléments d'information que vous trouverez ici ne remplacent pas une consultation chez le médecin, qui sera le mieux placé pour vous aider.


- si votre enfant tousse quelques instants en avalant sa nourriture, c'est que tout va bien. Evitez-lui les bonnes tapes dans le dos qui ne servent à rien.
- si l'enfant a de violentes quintes de toux, s'il devient rouge voire bleuté, c'est qu'un corps étranger est passé dans ses voies respiratoires.
Ne faites rien, et conduisez immédiatement votre enfant aux urgences (en position assise) où l'objet lui sera retiré sous anesthésie générale.
- si l'enfant n'émet aucun son, aucun cri ou pleur, devient bleu et ne reprend pas sa respiration, c'est l'asphyxie. Il faut agir vite pour expulser le corps étranger qui encombre totalement la gorge.

Méthode de Mofenson
(Pour les bébés jusqu'à 3 ans)
Méthode de MofensonElle consiste à tenir l'enfant allongé à plat ventre sur votre cuisse, la tête dépassant de votre genoux, en le soutenant d'une main au niveau des épaules (par-dessous). Puis du plat de l'autre main, vous tapez trois à quatre fois d'un coup sec entre les deux omoplates afin de faire ressortir le corps étranger.

Méthode de Heimlich
(pour les plus de 3 ans)
Méthode de HeimlichElle consiste à prendre l'enfant contre soi, son dos contre votre ventre, en le tenant au-dessus de la taille (votre poing juste en dessous de l'endroit où se rejoignent les côtes, votre autre main à plat sur la première). Puis vous exercez une violente pression tout en remontant légèrement vers les côtes afin d'expulser l'air le plus fort possible ainsi que le corps étranger.


A NE PAS FAIRE :

  • N'essayez en aucun cas de dégager l'objet avec vos doigts.
  • Ne suspendez surtout pas l'enfant par les pieds.
  • Ne faites pas vomir l'enfant.






dimanche 20 novembre 2011

Le premier cadeau de Noël de Baby G

Vous me direz, je ne suis pas en retard ! Mais ça fait partie de mon côté "control freak", j'ai besoin de commencer les achats de Noël bien en avance, sinon je stresse.

Vous le savez peut être, ma fille est fan de Mademoiselle Rose de chez Corolle : elle l'a officiellement choisie comme "Doudou inséparable" pour dormir ou se calmer. 
Depuis toute petite, je suis fan de leurs produits et je souhaite agrandir sa collection.
Alors, lorsque j'ai croisé cette nouvelle tête, je n'ai pas pu résister (et vu tous les autres joujoux que j'ai repéré dans les catalogues et la magasins, je ne suis pas près de m'arrêter ... mais après tout, c'est son premier Noël !) :


Babypouce Myrtille de Corolle, 29,99 €


Il s'agit du tout premier cadeau de Noël de Baby G et j'envisage de le conserver précieusement durant les prochaines années !

Et vous, quel était le premier cadeau de Noël de vos enfants ?

G.M

Article non sponsorisé (tout comme les autres d'ailleurs !)


mardi 15 novembre 2011

L'adaptation chez la nounou (vue par Baby G)

Quand j'étais dans le ventre de ma maman, je l'entendais souvent dire : "j'espère qu'on aura une place en crèche car je chercherai du boulot après l'accouchement !". Sauf qu'à ma naissance, elle a vite apprécié de ne pas reprendre le travail et de s'occuper de moi à temps plein.

Seulement, je suis une petite fille qui dort beaucoup la journée, alors ma maman s'est vite ennuyée. Il y a trois semaines, on lui a fait une proposition qu'elle a décidé d'accepter, non sans mal ! Elle a pleuré sept jours, non stop, en cachette ! Mon papa ne savait plus quoi faire pour la consoler, elle disait qu'elle m'abandonnait et qu'elle était une mauvaise mère.
Mes parents ont alors recruté une nounou super mega top sympa (sauf qu'elle habite au 4ème sans ascenseur alors maman a un peu de mal avec ses talons, son sac à main, le sac à langer et moi) et je m'éclate chez elle !

Nous avons commencé mardi dernier une phase qui tenait vraiment à coeur à ma maman : l'adaptation.
Le premier jour, elle est restée avec moi, puis nous sommes rentrées chez nous. Le lendemain, maman m'a couchée pour la sieste chez la nounou et m'a prévenue qu'elle partirait pendant mon dodo. Je l'ai tout de même cherchée en me réveillant ! Là, c'est ma troisième journée complète et c'est l'éclate ! J'ai un copain de 18 mois qui court partout et me donne plein de joujoux, je mange de bonnes purées aussi bonnes qu'à la maison et je suis trop contente de voir maman avec son grand sourire venir me chercher le soir.

Pour que je ne me sente pas perdue, ma maman a mis dans mon sac à langer :


*ma veilleuse Chicco qui fait de la musique


*un livre photo doudou Hello Kitty avec nos photos de famille


*son foulard (contre lequel je m'endors chez la nounou)

et bien sûr !!! ....

*mon doudou !


Finalement, on dirait bien que l'adaptation a surtout servi pour ma maman ! Mais maintenant elle se sent bien et du coup, moi aussi !


Baby G


lundi 14 novembre 2011

Garder une vie sociale avec un bébé malade




Depuis plusieurs semaines maintenant mon mec, Baby G et moi étions invités aux 30 ans de notre copine S (on va voir si elle lira l'article et se reconnaîtra !).

J'avais aidé la meilleure amie de cette dernière (ma pote H) à préparer les surprises, on savait qu'on allait bien rigoler, j'avais préparé un cake aux olives / thon ... bref, le jour J arrive ! Tout comme le 39 de fièvre de ma fille. :-(
Toute la journée, j'ai surveillé sa température et rusé pour la faire chuter... mais il a fallu se rendre à l'évidence, la deuxième dent de Baby G semblait vouloir sortir en force et nous ne pouvions rien y faire.

Finalement, à 18h, je préviens S que nous ne viendrons pas. Elle ne me cache pas qu'elle est un peu déçue, tout comme moi d'ailleurs, mais elle comprend tout à fait. Toujours est-il que je suis un peu deg de ne pas y aller, surtout que c'est à 10 minutes de chez nous.

20h30 : nous couchons la petite et je préviens nos amis également invités ... enfin : je préviens mes copines, qui sont déçues ; elles préviennent leurs maris, qui sont déçus que mon mec ne vienne pas (vous me suivez ?). En gros, tout le monde est déçu mais nous ne pouvons pas emmener Baby G à une soirée dans cet état et nous ne voulons pas la laisser à garder non plus (on s'est dit que malade, on aime bien avoir son papa et sa maman avec soi).

20h45 : Baby G dort "comme un bébé" (ha ha) et je propose alors : on fait un saut, chacun notre tour, à la soirée MAIS j'y vais d'abord car sinon, je ne suis pas sure de l'heure à laquelle mon mec va rentrer et je risque de ne pas y aller.
Après un "pfffff t'es grave" de la part de Mister, mon idée semble plutôt bonne. Ni une, ni deux, je troque mon large pantalon en coton (oui ma fille m'avait vomi dessus quelques heures auparavant ...) pour un slim, applique un peu de blush et du mascara et saute dans ma Modus.

S était ravie (je lui ai fait la surprise) et les copines aussi. On s'est bien marrées mais je ne suis pas restée longtemps : je devais "passer mon tour" (^^) et surtout retourner auprès de ma fille, au cas où elle ne serait pas bien (je demandais régulièrement des nouvelles à son papa par SMS et tout allait bien). 

Et voilà ! Je suis rentrée, contente d'avoir vécu cette soirée (certes, assez rapidement : une petite heure et demie), d'avoir vu nos amis, que mon chéri se soit amusé (pour le coup, beaucoup plus longtemps que moi !) et que ma fille aie pu se reposer (et visiblement, l'instinct m'a fait rentrer au bon moment : quelques minutes après mon retour, elle s'est réveillée et avait besoin de réconfort tellement elle était patraque).

Et vous, comment gérez-vous votre vie sociale avec vos bébés ?

G.M

jeudi 10 novembre 2011

La délicatesse, toute en finesse

Depuis près d'un an, je suis au chômage. Haaaaaa, la tête des gens quand ils me demandaient :

"Tu bosses dans quoi ?
- Je suis sans activité pour le moment !
-Ha, ba ouai, t'es en congé parental !!
-Non, non, je suis au chômage."

Généralement, je découvrais une mine déconfite une fois ma réponse prononcée, alors que je vivais plutôt bien la situation.
J'avais souvent droit à des "mais tu ne flippes pas de ne pas retrouver de boulot ?" ou "hé ba profites-en pour mettre le deuxième en route après ton retour de couches, comme ça après t'es tranquille" et "ha, ok, je vois où vont mes impôts", (etc) mais ça me passait au dessus.

Ces dernière semaines, j'ai commencé à doucement rechercher un boulot et soudain, une (très belle) opportunité s'est présentée. Genre, le truc difficile à refuser, sous peine de s'en mordre les doigts dans quelques mois.

Et là, patatra : ma fiiiiiille !!!!!!! Quoi, je vais abandonner ma fiiiiille ??? Non, non, je ne peux pas ... Elle va faire quoi sans moi ? et moi sans elle ? et ... et ... et ba j'ai pris sur moi, beaucoup parlé avec mes proches (que je remercie au passage) et rapidement, j'ai su que je faisais le bon choix.

Mais, tout comme pour les dents de ma fille, tout le monde a un avis sur tout, principalement quand on ne demande rien à tout le monde.

Ma (jusqu'alors, gentille) voisine a dit à mon bébé, en apprenant que j'allais à nouveau travailler : "ho, pauvre Baby G, ta vilaine maman va t'abandonner ... mais que vas-tu faire ?".
Ok alors en une phrase, elle lui a envoyé trois messages négatifs et m'a fait monté les larmes aux yeux.

La (très sympathique) boulangère m'a prévenue : "ho lala, ça va être duuuur ! Vous allez être crevée, franchement, vous allez voir, ça va être la galère".
Bien, je change de boulangerie dès demain ... mais je repasserai dans quelques semaines avec mon plus beau sourire et une super mine pour lui faire fermer sa grande g*eule.

Et j'allais oublier ! "La nounou fait bien attention à votre fille ????". Ha non, moi je l'ai justement choisie pour cela... ça me fait kiffer de laisser Baby G chez une barge.

Finalement, on se mêlait de ma vie chômeuse mais c'est pareil pour la bosseuse ... 

Et pour vous, comment s'est passée l'annonce de la reprise (après congé mat, parental, ou chômage) ?.

G.M



samedi 5 novembre 2011

Oeil pour oeil, dent pour dent !




Il est une chose dont vous vous êtes certainement aperçu(e)s : quand on a un marmot, tout le monde a son mot à dire sur tout et en particulier, sur les dents !

De la famille, au boucher en passant par la voisine, on dirait qu'ils ont suivi en secret une formation de dentiste ...

Ma fille a 7 mois et depuis ses 2 mois, elle met tout à la bouche. Ha ba oui, "c'est les dents !". Je serais tentée de dire : oui, ça devait lui chatouiller les gencives, mais je pense plutôt qu'elle s'appropriait les objets en les mordillant. Vous le savez certainement, c'est un moyen efficace pour les bébés de se familiariser avec les différentes textures.

Passons ... Il y a 5 semaines, elle a eu un érythème fessier carabiné, un "truc de ouf" dont je viens de la débarrasser. Pour le coup, je me suis dit "elle fait ses dents". Bien entendu, (mon ami) le pédiatre m'a dit "mais non pas du tout, ça n'a rien à voir, voyons !". Ok, ... en tous cas, mon généraliste m'a dit en voyant l'ampleur de la catastrophe "ta fille fait ses dents".

Heyyyy Ohhhhhhhh faut se mettre d'accord !!!

J'ai donc laissé tomber et me suis concentrée sur les soins à donner à Baby G pour qu'elle aille mieux.

Il y deux semaines, sa joue gauche était toute rouge .... bizarre non ?!! Un peu de Cicaplast et ça repart, mais tout de même, je restais vigilante. Mais toujours rien à l'horizon.

Et ce mardi, nous avons passé une vraie nuit de folie avec le réveil à 02h45 d'une petite fille hurlant de douleur (en 7 mois, j'ai appris à distinguer les pleurs) qui n'a réussi à se calmer qu'avec du Doliprane (et le clip de Baloo, "Il en faut peut pour être heureux").




Bref, j'en viens au but : hier, j'ai vu pointer la première dent de Baby G !!

Ca y est, elle est là, en bas à gauche. On la distingue à peine, cette mini quenotte blanche perçant la gencive rose mais on la sent bien quand la petite mordille nos doigts.

Tout cela pour dire qu'il ne semble pas y avoir de règles en la matière : Baby G n'a pas fait de fièvre, mais a eu les fesses et la joue rouge. Elle n'a pas fait d'otite. Et pourtant ... Elle va bientôt mordre !

Et chez vous, comment ça s'est passé ?!

G.M



mercredi 26 octobre 2011

Tu seras une Biatch, Barbie

Waou, de mieux en mieux ! Voici ce que nous propose Mattel (enfin, aux USA) pour environ 50 usd :




Je vous présente Barbie Tattoo-Much et son chien Bastardino. Je pensais que c'était un cas nullard au départ, une truc à la noix pour faire du buzz. Mais non, non, cette poupée imaginée par Tokidoki est bien en vente sur le site "Collector" de la marque ... et en plus elle est "sold out" (il faut croire que le mauvais goût a de l'avenir).

Avec les participants aux jeux de télé réalité, on avait déjà de sacrés phénomènes à dissimuler aux enfants (parce que franchement, qui laisse ses enfants regarder Secret Story ? Un défilé de pouf et d'incultes qui ne savent pas aligner deux mots ou ouvrir un dico, on a vu mieux) ...

Bordel, mais où va le monde si Barbie se dévergonde à ce point ? Heureusement qu'elle ne parle pas, j'imagine déjà la bande son :"Je suis Barbie Tattoo-Much ! Fais comme moi, sois too much, habille toi comme une pouf, fais toi décolorer les cheveux et tatouer tout le corps à cinq ans ! Oublie ton enfance et viens jouer chez les grands !"

(heu je n'ai rien contre les tatouages, mais généralement les fillettes s'identifient à leurs poupées alors j'entends déjà les "Mamaaaaaaan, je peux avoir un tatouage dans le cou comme Barbie steuplé ?"

Ca me rappelle la Barbie Pouffiasse des Nuls ...

G.M

lundi 24 octobre 2011

Comment se faire une copine à la crèche

Je vais (peut être) retravailler (un jour).
Je dois donc penser au mode de garde de Baby G. Ironie du sort, la crèche familiale m'a appelée il y a trois semaines car ils avaient une place mais moi, je n'avais toujours pas de boulot, alors bye bye la place.

Bref, comme j'ai "une touche" pour un job, je me bouge pour trouver une solution : je rappelle la crèche et tombe sur une nana qui me sermonne : "il ne faut JAMAIS refuser une place" (je rectifie : je n'ai pas refusé, je n'ai pas travail DONC la directrice ne me l'a pas attribuée, logique !).
Elle me précise que la directrice est aujourd'hui en congés, donc elle lui dira que j'ai appelé demain et on verra ...

OK, OK ... Mais Glam Maman est aussi Têtue Maman. Alors j'ai composé le numéro de portable qui m'avait appelé il y a trois semaines (celui de la directrice, histoire de lui laisser un petit message, une petite piqure de rappel et puis on ne sait jamais, la dame à qui je viens de parler pourrait oublier de lui laisser la commission et là, ce serait la cata !). Résumé de la conversation :

"-Allo ?
-Oui, bonjour Madame, je suis Glam Maman (haha), je vous appelle suite à votre proposition de place en crèche, il y a trois semaines, car ....
(mon interlocutrice me coupe)
-Heu, je vous arrête : c'est à moi que vous venez de parler sur le fixe de la crèche ! Je vous ai dit que la directrice était en congés aujourd'hui, ce n'est pas la peine de l'appeler sur son portable !!!!"

Ouuuupssssssssssssss.

Voilà, je pense que maintenant, à côté de la candidature de Baby G, il y a écrit : "attention, mère super casse cou*lles".

Et vous, vous êtes vous "battues" pour avoir une place ?

G.M



samedi 22 octobre 2011

Bollywood, I'm coming !

Dans mon (super) club de sport, j'ai pu essayer la zumba il y a trois semaines et ce matin, c'était Fitness Vindali ... drôle de nom pour une super activité !

Ma prof Indira a imaginé un cours avec des mouvements traditionnels de fitness associés à des pas de danse indienne. Et je me suis éclatée !

Pourtant, je ne suis pas spécialement fan de la musique ou des films de Bollywood mais franchement, c'est super sympa. Et la danse et moi, ça fait deux (j'ai horreur du LIA) ... pourtant, j'ai réussi à suivre.

Voici une petite démo :


Indira enseigne sur Le Raincy, Pavillons sous Bois,Pantin et Créteil. Vous pouvez la contacter sur sa page Facebook pour plus d'infos.

Bon samedi,

G.M

vendredi 21 octobre 2011

Etre mère, point à la ligne




Depuis quelques années se dessine la tendance des "mères indignes", "mères imparfaites", etc.
Par opposition à la fameuse "mère parfaite", elles revendiquent leurs droits au repos, à la tranquillité, au fait de ne penser un peu qu'à soi.

Alors je me demande, ne seraient-elles pas des "mères normales" plutôt ? En effet, chacun sait que personne n'est parfait, surtout pas une maman. Alors pourquoi s'entêter à vouloir parvenir à cette sacralisation ?

En cherchant un peu des exemples de "mères indignes and co", voici ce que j'ai trouvé (je voulais un extrait du livre mais celui-ci est extrait du blog Mauvaises mères) :

Il fait ses nuits (3) d’accord, mais les matins?

" 6h. Premiers mouvements dans la chambre du bébé.
6h05. Premier gémissement dans la chambre du bébé.
6h09. Il râle vraiment. Vous prenez une voix convaincue : « Dodo. C’est encore la nuit ». Il se met à pleurer. Tels des guerriers endurcis par la multitude des combats, vous restez fermes. Le papa enfouit sa tête sous l’oreiller, vous commencez à faire des listes (des choses à faire, des courses, des grands événements du mois, de ce que vous n’avez pas eu le temps de faire la veille…)
6h20. On dirait que le bébé s’est rendormi. Pas vous.
6h35. Le volume sonore des plaintes de votre enfant ne laisse aucun doute sur le fait qu’il ne se rendormira plus. Il est debout dans son lit accroché aux barreaux. Ces dernières semaines, des amis vous racontaient qu’ils avaient dû réveiller leur enfant à 8 h pour ne pas être en retard au travail.
6h40. Devant la lumière du micro-ondes dans lequel chauffe le biberon, vous vous surprenez à leur jeter un sort."

Alors je demande, lectrices (lecteurs ?) : Qui ?? Qui n'a jamais pensé cela ???? Qui n'a jamais fait "semblant" de ne pas entendre les petits gémissements du baby car il est 03h45, qu'on est rentrés de soirée il y a deux heures et qu'avec un peu de chance, il va se rendormir ...

Tout cela pour dire : pour moi, ces mauvaises mères sont simplement des Femmes, des individus pourvus de sentiments, d'envies, de besoin. Alors je ne vois pas où est le problème quand on ouvre un petit pot carottes-potiron le soir car on a "la flemme de faire tourner le baby cook".
Au contraire, je suis persuadée que lâcher prise et s'écouter nous permet d'être équilibrées. Et vous serez certainement d'accord, c'est ce qu'il y a de mieux pour nos enfants.

Je confluerai par :

Tu es une mère parfaite, et je précise: une mère parfaite est celle qui, comme toi, donne son amour sans compter, sans attendre qu'on lui rende la monnaie, et surtout elle ne vit pas que pour ses enfants, elle vit ailleurs aussi, elle vit d'autres amours, elle est pleinement là dans chaque geste ou chaque mot, allô mon doudou, et elle est immédiatement ailleurs, ou si l'on veut, les meilleures mères sont ce que le monde appelle les mauvaises mères, celles qui ne pensent pas qu'à leurs enfants, ou si l'on veut encore, les meilleures mères sont celles qui n'oublient pas d'être aussi, avec autant d'intensité, femmes, amantes, enfants, je ne sais comment expliquer l'évidence, ce que sont les meilleures mères, une seule phrase peut le dire et elle convient pour le tout de ta vie comme pour le bloc de ta mort: elles se donnent et s'en vont.
("La plus que vive", de Christian Bobin).


Alors, si "mère parfaite" n'existe pas, j'aime bien le concept : "mère stable". Stable car équilibrée dans sa vie de femme avec son mec (qu'il soit le père de son enfant ou pas d'ailleurs), dans sa relation avec ses parents pour qui elle sera toujours leur enfant et investie dans sa vie avec ses amis. Parce que faire un enfant, pour moi, c'est également laisser vivre ce petit. Donc à moi de garder ma part de liberté, car un jour, ma fille prendra son envol et je veux avoir de quoi m'occuper l'esprit à ce moment là.

C'était ma troisième contribution aux Vendredis Intellos de Madame Déjantée.

Bon vendredi !

G.M

jeudi 20 octobre 2011

Ma fille et moi, même combat

Il y a un truc que j'aime particulièrement faire : mettre le même genre de fringues que les miennes à mon bébé.

Certains trouvent cela tarte et beauf, moi j'adooooore. Ce n'est bien évidemment pas ma jumelle miniature, mais en règle générale, elle porte les mêmes teintes que moi (de toutes façons, c'est pas dur, j'achète les couleurs que j'aime pour ses vêtements donc c'est logique).

Et ce matin, en lui donnant son bib, je me suis dit qu'on ne pouvait pas faire mieux comme shoes team :


Vous aussi, vous aimez avoir le même style que vos gamins ?

G.M

mercredi 19 octobre 2011

Quand le commerce orchestre la future vie de famille des enfants

Voilà ce que j'ai découvert aujourd'hui au rayon jouets d'une grande surface :




Pour une vingtaine d'euros, on peut offrir à nos filles de fabuleux joujoux pour faire le ménage .... Je ne vous apprends rien, l'industrie du jouet exploite le filon depuis longtemps et il faut croire que c'est porteur, vu que ça dure ... Et puis on en a beaucoup parlé dans les Vendredi Intello de Madame Déjantée.

J'ai décidé de vous en parler car la boîte me laisse bouché bée : 

*le logo "family attitude" (en haut à gauche) : parlons justement de l'attitude du mec. Ok, il est à côté de sa nana, on dirait qu'il va participer aux taches ménagères mais ... regardez sa tête et son air hautain !!!!!!!! Il semble plutôt bosser comme inspecteur des travaux finis !

*la petite fille en gros plan derrière son chariot cleaning : elle me fait mal au coeur la petite cocotte .... toute timide !! Non mais hoooo là ! c'est quoi cette image de la petite fille (et femme en devenir). Attention, je ne suis surtout pas féministe, mais je trouve qu'il y a des limites ... Comme si elle ne pouvait arborer une mine aussi fière que l'autre chenapan. 

*encore une fois, le gamin à qui je mettrais bien trois claques : il se prend pour qui avec ses bras croisés et son pschit pschit dans la main ???? et pourquoi il n'aide pas la jolie petite fille avec son chariot hein ???

Autant je me vois bien acheter une petite cuisine à Baby G quand ce sera de son âge (en plus son papa cuisine énormément donc ce sera une occasion de partager une activité tous les 3), autant je n'achèterais pas ce chariot ... Ca me renvoie une image négative de la femme qui entretient sa maison.

Et vous, qu'en pensez vous ? Je suis trop réac' ou ça vous choque aussi ?

G.M




mercredi 12 octobre 2011

Moucher bébé sans gerber

Après avoir manqué de rendre mon café et mes Gerblé au lait - chocolat sur Baby G, je me suis rencardée sur les mouches bébés. Voici le mien :


Minidoo de Béaba, 10,90 €


Il a deux embouts (à choisir en fonction de l'âge du bébé) et il faut aspirer pour faire sortir le mucus. Beuuuuuuuuuuurk... et encore, je vous passe les détails pour l'étape "nettoyage" du produit. Bref, ça me dégoute.

Mais j'ai trouvé la Rolls des mouches bébés : les modèles électriques !

Tomydoo de Béaba, 44,95 €



Ballidoo de Béaba, 59,90 €


Ceci dit, en y réfléchissant, ça fait cher ... Surtout qu'on ne l'utilise pas tant que ça, cet instrument de torture ...

Alors je me dis que celui-ci est une bonne alternative : pas cher, pas besoin d'aspirer et de très bonnes critiques de la part des parents :

Accordéon Tigex Excellence, 7,10 €


Et vous, comment gérez-vous le truc ? Quel mouche bébé avez-vous ?

G.M

lundi 3 octobre 2011

Waka Waka, je danse la zumba !

La zumba, c'est la danse de Shakira : chouette, mon club de gym propose des cours, allons-y ! Je vois à peu près à quoi ça ressemble, ça devrait le faire !
Mais finalement, je me suis rendue compte que je ne regardais pas vraiment les clips de la Colombienne ... car je m'attendais à TOUT, sauf à ça (regardez à partir de la 40ème seconde) :





Un peu d'histoire : la danse Zumba est née par accident. Son créateur Alberto "Beto" Perez était en train d'enseigner une classe d'aérobic dans sa ville natale Cali (en Colombie) en 1986 et s'est rendu compte ce jour là qu'il a oublié sa musique habituelle (pour faire de l'aérobic). Il a alors cherché dans son sac de cassettes et en a sorti une qui mélange de la musique salsa au merengue, sur lesquelles il aime danser (chez lui). Tous ses élèves avaient adoré faire de l'exercice sur ces musiques latines. Se rendant compte du succès que rencontre cette façon de faire de l'exercice, Alberto Perez fait populariser la Zumba à Bogota (Colombie) avant d'aller à Miami.
(source : www.regimesmaigrir.com).

Malin le mec, tout de même ! 

L'avantage avec cette danse, c'est qu'on se dépense vraiment sans s'en rendre compte, puisqu'on se concentre beaucoup et qu'on bouge tout le temps. A la fin du cours, j'étais complètement trempée, contrairement aux cours d'abdos-fessiers ou de gym traditionnels.
Quand je vois ma prof, j'ai plutôt envie de continuer ... bon ok, elle en fait 20 heures par semaine. Mais c'est encourageant !

En revanche, je trouve que c'est hyper dur : il faut enchaîner les pas hyper vite, savoir bouger son corps de façon ... surprenante (!) et rester dans le rythme. Je ne vous cache pas que je galère pas mal ! Et perso, je ne trouve pas les pas très "distingués". 

Mais, quand je vois ça, je me dis : vive la zumba !



Et vous, ça vous tente ? Avez-vous essayé ?

G.M




vendredi 30 septembre 2011

Quand naître fille peut faire mourir





En écho à mon article sur le sort des fillettes en Asie, j'ai souhaité aborder la question pour ma deuxième participation aux Vendredi Intello.

Grâce à Mme Déjantée, j'ai fouiné du côté de Sciences Humaines, et voici l'extrait que j'ai sélectionné :




"

Avortements sélectifs sans frontières ?

Trois questions à Sylvie Dubuc :

En Inde, comme dans une bonne partie de l’Asie (Chine, Pakistan, Bangladesh, Corée du Sud), les études démographiques indiquent que ces pays comptent plus d’hommes que de femmes (1). Deux phénomènes l’expliquent : une surmortalité féminine, notamment des fillettes, qui reçoivent moins de soins que les garçons ; et la multiplication des avortements sélectifs, la destruction des embryons de sexe féminin. Pour la première fois, une étude suggère la présence d’avortements sélectifs hors d’Asie, dans des communautés indiennes immigrées en Grande-Bretagne.

Une étude (2), cosignée par David Coleman et vous-même, met en évidence la pratique d’avortements sélectifs dans les communautés immigrées indiennes en Angleterre et au pays de Galles. Comment une Indienne résidant en Grande-Bretagne peut-elle accéder à un service d’avortement sélectif ?



Dans un reportage de la BBC Asian Network du 3 décembre 2007, une femme d’origine indienne, vivant en Angleterre et mère de deux filles, a accepté de témoigner de son expérience d’avortement après qu’une échographie (illégale), réalisée lors d’un voyage en Inde, eut révélé qu’elle attendait encore une fille. Le témoignage de cette mère illustrait comment certaines Indiennes résidant en Grande-Bretagne peuvent être soumises à de fortes pressions de leurs proches, en particulier de leur belle-famille, pour avoir un fils." (...)
NOTES

(1) Voir Isabelle Attané, « Où sont les femmes ? », Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, n° 5, déc. 2006/janv.-fév. 2007.
(2) Sylvie Dubuc et David Coleman, « An increase in the sex-ratio of births to India-born mothers in England and Wales: Evidence for sex-selective abortion », Population and Development Review, vol. XXXIII, n° 2, juin 2007.

Article extrait du magazine Sciences Humaines, Nos péchés capitaux - Mensuel n° 196 - août-septembre 2008


Au 21ème siècle, ce genre de pratiques semble archaïque et même impensable, surtout dans des pays développés ... et pourtant ...

Je m'interroge sur l'avenir de ces foetus XX. En effet, avec la prise de sang révélant à 7 semaines de grossesse le sexe de l'embryon et les kits illégaux d'avortement (tous deux vendus en ligne, donc facilement accessibles dans le monde entier), que risque-t-il de se passer ?

Et qu'en sera-t-il des petites filles qui parviennent à venir au monde malgré tout ? Comme le dit l'article, elle sont souvent mal soignées et finissent par mourir, mais elle sont parfois tuées à la naissance, ou encore abandonnées ...

Avez-vous entendu parler de ces pratiques ? La toile permettant de toucher le plus grand nombre, peut-être que certaines d'entre vous comptent dans leur famille des personnes avec ces idéaux : pouvez-vous nous faire part de la situation chez vous ?

G.M











mercredi 28 septembre 2011

Un heureux évènement, le film VU !

J'attendais cela depuis un mois, c'est fait : j'ai vu "Un heureux évènement" et en avant première, s'il vous plaît !

Petit rappel : Barbara et Nico s'aiment et dans un pic de phase love to love, décident de faire un bébé.
En regardant la BA, on a envie de leur dire : "et bonne chance, surtout !"


Nous étions trois nanas à le voir ; nous sommes également trois mamans, épouses ou compagnes, donc le film nous concerne pas mal. Et nous avons été conquises. Impossible de ne pas se reconnaître au moins une fois, on rit beaucoup mais on sent souvent les larmes monter.

Attention, je risque de dévoiler des trucs du film alors stoppez ici si vous ne voulez rien savoir ! Mais promis, je vais tâcher de ne pas révéler de points clés, juste les principales questions soulevées par le film :

*la relation mère-fille, au niveau de l'héroïne (Barbara) et sa mère : comment devenir maman quand on s'entend "vite fait" avec la sienne ?

*la relation père fille toujours avec Barbara et son propre père : le réalisateur suggère que pour être bien dans sa vie de parents, il faut avoir régler ses comptes avec les siens

*la décision de faire un bébé : bien sûr par amour, mais surtout en idéalisant la chose

*la sexualité du couple pendant la grossesse 

*la place du père après l'accouchement, qui essaie d'avoir le rôle du tiers séparateur non sans difficultés

*l'allaitement, le co-dodo, la sexualité après bébé

et bien suuuuuuur, the main point :

*le burn out maternel : on voit comment Barbara, pourtant folle d'amour pour sa fille, sombre dans un baby blues corsé, puis une dépression post partum (pour moi, il faut avoir eu un enfant pour comprendre comment cet amour peut nous dévaster, nous ravager l'intérieur). Le film montre assez bien comment la relation entre son mec et elle évolue (ou plutôt régresse). Lui se sent exclus, n'a plus sa place dans le lit conjugal car maman dort avec bébé et retrouve tous les soirs une femme qui fait la gueule ; tandis qu'elle se plaint d'être continuellement seule avec sa fille dans leur appart, de tout se taper dans la baraque et laisse petit à petit son rôle de mère dévorer son rôle de femme / amante.

Voilà, je n'en dirai pas plus, si ce n'est : allez le voir ! (et, on ne sait jamais, prenez un petit paquet de mouchoirs ...).

G.M





mardi 27 septembre 2011

Babies made in Asia ...




Hier au JT de 20h, j'ai entendu parler des femmes qu'on achète (!) dans les provinces chinoises, car ces régions sont dépeuplées d'êtres XX. Bon, pour le coup, le mec qui "achète" une nana censée être chinoise se fait avoir car bien souvent ce sont des femmes vietnamiennes. Au delà de ce mensonge se pose le problème de l'immigration clandestine, car ces jeunes vietnamiennes ont été enlevées à l'âge de 15 ans et n'ont donc pas de papiers ... Vlà le bordel.

Ce sujet m'a révoltée, d'autant plus qu'il pose un problème grave : la considération des femmes en Chine et plus largement en Asie. Pour avoir travaillé avec ce pays et l'Inde, je peux vous raconter différentes versions :

1/ ma collègue chinoise, vivant à Canton, n'avait pas le droit de connaître le sexe de son bébé. Son gynéco risquait de sérieux problèmes en le lui révélant. En effet, avec la politique de l'enfant unique, la plupart des familles veulent un garçon alors je vous laisse deviner ce qu'il se passe si elles attendent une fille ... Du pur barbarisme. Et quand elles ne choisissent pas l'indicible là bas (autrement dit, le meurtre du foetus), certaines décident l'abandon de leur enfant. Attention, je parle de cas précis et je ne fais surtout pas de généralités. D'ailleurs ma collègue a eu une fille (avec une petite déception tout de même) et la petite va très bien, elle grandit paisiblement avec sa famille.
Et dans le cas où ma collègue aurait voulu tenter le coup et avoir le fameux "choix du roi" (clin d'oeil aux bloggeuses qui ont traité ce thème récemment) : elle n'aurait plus aucun avantage social (alors déjà qu'elle n'en a pas beaucoup ...).

Mais voilà quoi ! C'est tout de même incroyable de "préférer" à ce point avoir un garçon ! Surtout que cela pose le problème du manque de femmes...

2/ avant d'aller en Inde, j'avais entendu parler du phénomène dans ce pays également. Mes contacts là bas ont tout nié, mais d'après les enquêtes des ONG, le soucis est bien réel : c'est une malédiction de donner naissance à une fille et une fille coûte cher à sa famille, avec la dot. Elle est alors considérée  comme un fardeau financier car les frais de son mariage peuvent engloutir les économies de toute une vie. D'où le choix de (certains) parents qui bafouent la loi, en accord avec les médecins, pour connaître le sexe de l'enfant (donc, dans les 5 mois de grossesse) et avorter.

J'ai lu des choses atroces sur le sujet : les mères donnant naissance à un fille peuvent être battues et rejetées par leur belle famille, il existe des cas isolés de vols de bébés garçons, des petites filles sont tuées à la naissance avec un rituel macabre :"pars et envoie nous un frère".

A cause des docteurs peu scrupuleux devant des billets passés sous le manteau et des parents complètement aveuglés par les traditions, l'Inde ne comptait que 93 femmes pour 100 hommes en 2001 et il "manquait" 36 millions de femmes (sur 1 milliard d'Indiens) qui ne sont pas nées, qui ont été tuées à la naissance ou qu'on a laissé mourir en bas âge.
10 ans plus tard, on recense 914 fillettes pour 1000 garçons (en France, 100 filles pour 105 garçons).

A l'heure où des tests sanguins permettant de connaître le sexe de son bébé dès 7 semaines de grossesse et des kits pour avortement illégaux sont en vente sur le net, pouvons-nous nous attendre au pire ?
Le progrès semble encourager ces populations à régresser et à ne pas changer ...

Avez-vous entendu parler de ces pratiques ? Y croyez-vous ? Pensez-vous que les mentalités puissent changer ?

G.M